Archives de catégorie : Billets

Les Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion La revue du RT30

Depuis février 2009, le réseau Sociologie de la gestion  publie une revue électronique : le « 4 pages du RT 30 » (jusqu’au n°9) qui est devenu les Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion (CISG – ISSN 2551-038X).  Rédacteurs en chef : Olivier Cléach et Jean-Luc Metzger. Équipe de rédaction : Hugo Bertillot, Isabelle Chambost, Jérôme Cihuelo, Nhu Tuyen Lê, Salvatore Maugeri, Jean-Marie Pillon, Karen Rossignol, Camille Gasnier.

Cette revue se compose de plusieurs rubriques :

    • Recherches : cette rubrique permet d’aborder un point de vue théorique, une recherche en cours, la présentation d’une thèse, toute analyse susceptible d’intéresser la thématique qui nous occupe, à savoir la sociologie de la gestion et du management.
    • Entretien : cette rubrique est consacrée à l’interview d’une personnalité dont les recherches, les enseignements ou les pratiques permettent d’apporter un éclairage sur les problématiques intéressant la sociologie de la gestion.
    • Actes du Séminaire : Cette rubrique accueille la synthèse des retranscriptions de nos débats lors des séminaires du réseau thématique. 
    • Lectures : cette rubrique contient une ou plusieurs notes critiques sur des ouvrages abordant des thèmes en lien avec notre réseau.
    • Chemins de Travers/e : dans cette rubrique, nous publions des textes moins académiques – littéraires ou pamphlétaires, par exemple – ou des séries de photographies en rapport avec l’approche du RT 30.

Accéder au sommaire complet 

Vous pouvez lire et télécharger librement les numéros de cette revue au fur et à mesure de leur parution. Tous les éléments qui composent cette revue sont soumis à copyright et aux règles de la propriété intellectuelle.
Si vous souhaitez recevoir chaque nouveau numéro, participer à l’élaboration d’un futur numéro, réagir à l’une des rubriques, n’hésitez pas à nous écrire à l’adresse : rt30[at]free.fr

 

Bonne lecture, le Comité de rédaction des CISG

  • Crédits photographiques : Lydie Saliou
  • ISSN 2551-038X


Vous pouvez accéder aux n° complets en cliquant sur les entêtes

______________________________________________________________________


Cahiers Internationaux de Sociologie
de la Gestion – n°21

– Édito –

Jean-Luc Metzger et Jean-Marie Pillon, « Présentation du n°21 des CISG »

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger et Jean-Marie Pillon, « Présentation du numéro 21 des CISG », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°21, septembre 2020, p. 7-9.

– Article de recherche –

Brice Nocenti, « L’organisation scientifique de la concurrence : analyser empiriquement le néolibéralisme à partir des dispositifs de gestion »

Pour citer cet article :  Brice Nocenti, « L’organisation scientifique de la concurrence : analyser empiriquement le néolibéralisme à partir des dispositifs de gestion », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°21, septembre 2020, p. 13-56.

– Actes du séminaire
Contributions à une altergestion –

Olivier Cléach, Gaëtan Flocco, Camille Gasnier et Sébastien Stenger, « Actes du séminaire autour de l’ouvrage  de Sébastien Stenger, Au cœur des cabinets-conseils. De la distinction à la soumission »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, Gaëtan Flocco, Camille Gasnier et Sébastien Stenger, «Synthèse du séminaire autour de l’ouvrage de Sébastien Stenger, Au cœur des cabinets-conseils. De la distinction à la soumission », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°21, septembre 2020, p. 59-92.

– Entretien –

Mylène Belbezier et Olivier Cléach, « Entretien avec Johann Chapoutot sur son livre Libres d’obéir. Le Management du nazisme à aujourd’hui »

Pour citer cet article : Mylène Belbezier et Olivier Cléach, « Entretien avec Johann Chapoutot sur son livre Libres d’obéir. Le Management du nazisme à aujourd’hui », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°21, septembre 2020, p. 95-111.

– Chemins de Travers/e –

Rémy de Trussac, « 1979 – Premier épisode – Azadeh »

Pour citer cet article : Rémy de Trussac, « 1979 – Premier épisode – Azadeh », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°21, septembre 2020, p. 115-137.

________________________________________________________________________


Cahiers Internationaux de Sociologie
de la Gestion – n°20

– Édito –

Jean-Marie Pillon, « Présentation du n°20 des CISG »

Pour citer cet article : Jean-Marie Pillon, « Présentation du numéro 20 des CISG », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 7-8.

– Articles de recherche –

Nhu Tuyen Lê et Jean-Luc Metzger, « Présentation de « Imperialism, Globalisation and Resistance in the Accounting Profession: the Case of Egypt and Lebanon »

Pour citer cet article : Nhu Tuyen Lê et Jean-Luc Metzger, « Présentation de « Imperialism, Globalisation and Resistance in the Accounting Profession: the Case of Egypt and Lebanon», Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 11-13.

Elisabeth Longuenesse, « Imperialism, Globalisation and Resistance in the Accounting Profession: the Case of Egypt and Lebanon »

Pour citer cet article : Elisabeth Longuenesse, « Imperialism, Globalisation and Resistance in the Accounting Profession: the Case of Egypt and Lebanon », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 15-46.

Marc Leroy, « Relire Schumpeter à l’aune de sa méthodologie et de sa sociologie fiscale »

Pour citer cet article : Marc Leroy, « Relire Schumpeter à l’aune de sa méthodologie et de sa sociologie fiscale », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 47-67.

– Actes du séminaire
Contributions à une altergestion –

Jérôme Cihuelo, « Actes du séminaire autour de l’ouvrage La Fabrique de l’Homme Nouveau de Jean-Pierre Durand »

Pour citer cet article : Jérôme Cihuelo, « Synthèse du séminaire autour de l’ouvrage La Fabrique de l’Homme Nouveau de Jean-Pierre Durand », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 71-94.

– Entretien –

Marc Guyon, « Entretien avec Daniel Mercure sur les transformations du travail »

Pour citer cet article : Marc Guyon, « Entretien avec Daniel Mercure sur les transformations du travail », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 97-109.

– Chemins de Travers/e –

Angéla Mollé, « Le Comité (3) – La Commission d’enquête »

Pour citer cet article : Angela Mollé, « Le Comité (3) – La Commission d’enquête », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 113-136.

– Compte rendu de lecture –

Jérôme Cihuelo, « Recension du livre de Jamie Woodcock, Working the Phone: Control and Resistance in Call Centers »

Pour citer cet article : Jérôme Cihuelo, « Recension de l’ouvrage de Jamie Woodcock, Working the Phone: Control and Resistance in Call Centers », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 139-143.

Cahiers Internationaux de Sociologie
de la Gestion – n°19 

– Édito –

Jean-Marie Pillon, « Présentation du n°19 des CISG »

Pour citer cet article : Jean-Marie Pillon, « Présentation du numéro 19 des CISG », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°19, décembre 2018, p. 7-8.

– Articles de recherche –

Anaïs Henneguelle, « Compter sans connaitre – la construction des statistiques pénitentiaires françaises »

Pour citer cet article : Anaïs Henneguelle, « Compter sans connaitre – la construction des statistiques pénitentiaires françaises », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°19, décembre 2018, p. 11-28.

Jean-Luc Metzger, « Actualité d’Herbert Marcuse : à propos de l’homme unidimensionnel »

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Actualité d’Herbert Marcuse : a propos de l’homme unidimensionnel », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°19, décembre 2018, p. 29-53.

– Actes du séminaire
Contributions à une altergestion –

Olivier Cléach, Nhu Tuyen Lê et Jean-Marie Pillon, «Actes du séminaire autour des travaux de Daniel Bachet sur les alternatives à la comptabilité financiarisée »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, Nhu Tuyen Lê, Jean-Marie Pillon, « Actes du séminaire sur les travaux de Daniel Bachet », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°19, décembre 2018, p. 57-77.

– Entretien –

Olivier Cléach et Camille Gasnier, « Entretien avec Jean-Pierre Durand – Deuxième partie  »

Pour citer cet article : Olivier Cléach et Camille Gasnier, « Entretien avec Jean-Pierre Durand. Deuxième Partie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°19, décembre 2018, p. 81-94.

– Chemins de Travers/e –

Angéla Mollé, « Le Comité (2) – Le Coach »

Pour citer cet article : Angela Mollé, « Le Comité (2) – Le Coach », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°19, décembre 2018, p. 97-115.

                                                   

Cahiers Internationaux de Sociologie
de la Gestion – n°18 

– Édito –

Jean-Marie Pillon, « Présentation du n°18 des CISG »

Pour citer cet article : Jean-Marie Pillon, « Présentation du numéro 18 des CISG », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°18, mai 2018, p. 7-8.

– Articles de recherche –

Jean-Luc Metzger, « André Gorz, penseur de l’Émancipation. Deuxième partie – Discussions et précisions »

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « André Gorz, penseur de l’Émancipation. – Deuxième partie : Discussions et précisions », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°17, mai 2018, p. 11-29.

– Actes du séminaire
Contributions à une altergestion –

Olivier Cléach, « Actes du séminaire autour du livre de Ferruccio Ricciardi. La fracture gestionnaire : Savoirs techniques d’organisation en Italie (1948-1960) »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Débat autour du livre de Ferruccio Ricciardi. La fracture gestionnaire : Savoirs techniques d’organisation en Italie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°18, mai 2018, p. 33-60.

– Entretien –

Olivier Cléach et Camille Gasnier, « Entretien avec Jean-Pierre Durand – Première partie »

Pour citer cet article : Olivier Cléach et Camille Gasnier, « Entretien avec Jean-Pierre Durand – Première partie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°18, mai 2018, p. 63-82.

– Compte rendu de lecture –

Hugo Bertillo, « Recension du livre de Pascal Martin Les métamorphoses de l’assurance maladie. Conversion managériale et nouveau gouvernement des pauvres »

Pour citer cet article : Hugo Bertillot, « Recension de l’ouvrage de Pascal Martin, Les métamorphose de l’assurance maladie. Conversion managériale et nouveau gouvernement des pauvres », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°18, mai 2018, p. 85-88.

                                             

Cahiers Internationaux de Sociologie
de la Gestion – n°17 

– Édito –

Jean-Marie Pillon, « Présentation du n°17 des CISG »

Pour citer cet article : Jean-Marie Pillon, « Présentation du numéro 17 des CISG », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°17, décembre 2017, p. 7-8.

– Articles de recherche –

Jean-Luc Metzger, « André Gorz, penseur de l’Émancipation. Première partie – De la critique du travail à la société auto-organisée »

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « André Gorz, penseur de l’Émancipation. – Première partie – De la critique du travail à la société auto-organisée », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°17, décembre 2017, p. 11-39.

– Actes du séminaire
Contributions à une altergestion –

Isabelle Chambost, « Actes du séminaire sur les travaux de Jacques Richard. Refonder l’entreprise, la société anonyme et l’intérêt social par la comptabilité environnementale »

Résumé : Les séminaires du RT 30 sont l’occasion d’analyser le phénomène gestionnaire à travers ses différentes manifestations, mais également de réfléchir à des modes de gestion alternatifs. Jacques Richard, professeur émérite à l’université de Paris Dauphine, propose, à travers ses travaux de recherche, un nouveau modèle de droit comptable et de gouvernance (CARE) fondé sur une cogestion de l’entreprise par le capital financier, le capital humain et le capital environnemental, dans un souci de préservation de chacun de ces capitaux. Présenté par Salvatore Maugeri (p. 43 à 47) et commenté par Nhu Tuyen Lé (p. 47 à 49), ce modèle sera approfondi par Jacques Richard à travers ses réponses aux questions que ces discutants lui ont posées.

Pour citer cet article : Isabelle Chambost, « Synthèse du séminaire sur les travaux de Jacques Richard. Refonder l’entreprise, la société anonyme et l’intérêt social par la comptabilité environnementale », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°17, décembre 2017, p. 43-61.

– Entretien –

Olivier Cléach, « Entretien avec Salvatore Maugeri ancien Président du Bureau du RT 30 »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Entretien avec Salvatore Maugeri ancien Président du Bureau du RT 30 », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°17, décembre 2017, p. 65-75.

– Chemins de Travers/e –

Angéla Mollé, « Le Comité (1) – L’insomnie »

Pour citer cet article : Angéla Mollé, « Le Comité (1) – L’insomnie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°17, décembre 2017, p. 79-91.

Matthieu Amiech, « Lettre ouverte à Monsieur Albin Serviant animateur de la « French Tech » de Londres et dirigeant d’En marche ! au Royaume-Uni »

Pour citer cet article : Matthieu Amiech, « Lettre ouverte à Monsieur Albin Serviant animateur de la « French Tech » de Londres et dirigeant d’En marche ! au Royaume-Uni », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°17, décembre 2017, p. 93-101.


                                                 

Cahiers Internationaux de Sociologie
de la Gestion – n°16

– Édito –

puce Salvatore Maugeri, « Présentation du numéro 16 »

Pour citer cet article : Salvatore Maugeri, « Présentation du numéro 16 », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°16, avril 2017, p. 6-8.

– Articles de recherche –

puce Camille Gasnier, « Elaboration d’une norme internationale de management de la santé des travailleurs : privatisation ou nouvelle forme de gouvernement transnational des conditions de travail ? »

Résumé : Les normes volontaires destinées aux firmes sont de plus en plus nombreuses et s’imposent comme éléments de régulation des marchés. L’élaboration, depuis 2013, d’une norme ISO sur la gestion de la santé-sécurité au travail, donne à voir l’émergence d’un gouvernement hybride des conditions de travail. En effet, cette norme qui pourrait être imposée à l’avenir dans certains marchés, est développée dans un cadre privé, l’Organisation Internationale de Normalisation, mais convie également des acteurs de la sphère publique. Si certains ont parlé de privatisation des formes de gouvernement, cet article entend nuancer ce constat et examiner dans quelle mesure l’implication des pouvoirs publics dans la genèse de la future norme internationale sur la santé vise une appropriation des règles du marché dans le sens des exigences légales. Plutôt qu’une substitution de la normalisation à la loi, on observe l’émergence d’une nouvelle forme de gouvernement, caractérisée par une série de déplacements par rapport au gouvernement traditionnel : un déplacement de l’épicentre de la régulation de l’Etat vers les entreprises, l’effacement du régime paritaire de négociation au profit de nouveaux acteurs issus de la régulation des relations marchandes, et la prépondérance d’une conception gestionnaire de la santé au travail au service de la compétitivité qui vient supplanter la question centrale de la régulation des rapports de pouvoir au sein des entreprises.

Pour citer cet article : Camille Gasnier, « Elaboration d’une norme internationale de management de la santé des travailleurs : privatisation ou nouvelle forme de gouvernement transnational des conditions de travail ? », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°16, avril 2017, p. 11-37.

puce Jean-Luc Metzger, « Comprendre ce que l’emprise gestionnaire fait à la politique : apports de la pensée d’Hannah Arendt »

Résumé : Dans plusieurs ouvrages, nous avons cherché à préciser ce que nous entendions par « fait gestionnaire », non seulement pour circonscrire cet objet, mais également pour mieux en identifier les dynamiques et les effets. En particulier, nous avons évoqué – mais peu développé – les conséquences de la gestionnarisation sur la sphère politique. C’est sous cet angle que la pensée philosophique d’Hannah Arendt (1906-1975) nous intéresse : elle contient, en effet, un cadre d’analyse original (un ensemble de théories) permettant d’appréhender, en une même démarche explicative, la modernité – à laquelle participe le fait gestionnaire – et ses conséquences, en termes de crise de la politique. L’intérêt de son œuvre tient également au détour qu’offre sa méthode : son argumentation se fonde, en effet, sur une critique radicale de la philosophie politique et sur la sélection d’événements historiques qui lui paraissent intuitivement révélateurs. Elle nous rappelle, en cela, l’importance et la pertinence d’adopter une démarche déductive : en réinterprétant des textes anciens portant sur des considérations éloignées des nôtres, elle nous suggère de retrouver « l’essence » d’un phénomène – ici la politique – en nous éloignant de l’univers intellectuel actuel, saturé par les emprises cumulées de la philosophie de l’histoire et du fait gestionnaire.

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Comprendre ce que l’emprise gestionnaire fait à la politique : apports de la pensée d’Hannah Arendt », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°16, avril 2017, p. 39-53.

– Actes du séminaire
Contributions à une altergestion –

puce Isabelle Chambost, « Actes du séminaire autour de l’ouvrage L’impunité fiscale d’Alexis Spire et Katia Weidenfeld »

Résumé : Les séminaires du RT 30 sont l’occasion d’analyser le phénomène gestionnaire à travers ses différentes manifestations. L’invitation d’Alexis Spire, directeur de recherche au CNRS, donne l’occasion d’aborder la question de la fiscalité, dispositif économique, juridique et gestionnaire particulièrement puissant en matière de captation/répartition des richesses et d’accroissement/réduction des inégalités, très discuté en fonction de l’actualité par les médias, rarement étudié par les sociologues. Après l’introduction réalisée par Salvatore Maugeri (p. 1 à 4) et les commentaires et questions d’Olivier Cléach (p.5 à 7), Alexis Spire répond aux nombreuses questions précédemment posées ainsi qu’à celles de l’auditoire.

Pour citer cet article : Isabelle Chambost, « Actes du séminaire Contributions à une altergestion. Autour de l’ouvrage L’impunité fiscale d’Alexis Spire et Katia Weidenfeld», Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°16, avril 2017, p. 57-80.
 

– Entretien –

puce Olivier Cléach, « Comment peut-on pratiquer la sociologie de la gestion ? Entretien avec Jean-Luc Metzger »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Comment peut-on pratiquer la sociologie de la gestion ? Entretien avec Jean-Luc Metzger », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°16, avril 2017, p. 83-91.

– Chemins de Travers/e –

puce Salvatore Maugeri, « Audincourt, son sacré cœur, ses usines. Essai d’iconographique critique »

Pour citer cet article : Salvatore Maugeri, « Audincourt, son sacré cœur, ses usines. Essai d’iconographique critique », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°16, avril 2017, p. 95-139.

 – Compte rendu de lecture –

puce Jean-Marie Pillon, « L’apport de Max Weber à la sociologie de la gestion. Réflexions sur Économie et société »

Pour citer cet article : Jean-Marie Pillon, « L’apport de Max Weber à la sociologie de la gestion. Réflexions sur Économie et société »Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°16, avril 2017, p. 143-154.


                                                     

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion – n° 15

Édito

puce Salvatore Maugeri, « Présentation du numéro 15 »

 Pour citer cet article : Salvatore Maugeri, « Présentation du numéro 15 », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°15, septembre 2016, p. 7-8.

Article de recherche

puce Hugo Bertillot, « Comment l’évaluation de la qualité transforme l’hôpital. Les deux visages de la rationalisation par les indicateurs »

Résumé : L’action publique est aujourd’hui marquée par la prolifération d’indicateurs de gestion, d’évaluation et de comparaison. Le secteur hospitalier français est un véritable laboratoire de ce mouvement. Dans l’ombre des instruments de tarification qui ont attiré l’attention des observateurs, des instruments d’évaluation de la qualité sont déployés avec discrétion par les pouvoirs publics depuis le début des années 2000. Dans quelle mesure et de quelle manière ces dispositifs transforment-ils les activités hospitalières ? A partir d’une enquête de sociologie qualitative dans quatre établissements de santé, cet article procède à l’analyse des effets instillés localement par les indicateurs de qualité. Il met en évidence l’intrication des deux visages de la rationalisation de l’hôpital : en se faisant les vecteurs de dynamiques professionnelles et néomanagériales concomitantes, ils portent formalisation, normalisation, quantification et mise en équivalence à l’intérieur des établissements.

Pour citer cet article : Hugo Bertillot, « Comment l’évaluation de la qualité transforme l’hôpital. Les deux visages de la rationalisation par les indicateurs », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°15, septembre 2016, p. 11-48.

Actes du séminaire
Contributions à une altergestion

puce Camille Gasnier, « Actes du séminaire autour de la thèse de Scarlett Salman sur le coaching en entreprise »

Résumé. Les séminaires du RT 30 s’intéressent au phénomène gestionnaire, avec notamment pour horizon de penser des alternatives à la gestion. Dans la perspective du RT30, la gestion englobe certes des dimensions de dispositifs de gestion des ressources humaines, mais aussi la comptabilité, la finance, la gestion par projets, la logistique, la gestion étant un fait social en lui-même qui déborde le monde du travail. Pour cette cinquième séance, Scarlett Salman, sociologue au LISIS, nous présente un extrait de sa thèse consacrée au coaching en entreprise.

 Pour citer cet article : Camille Gasnier, « Actes du séminaire Contributions à une altergestion. Autour de la thèse de Scarlett Salman sur le coaching en entreprise », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°15, septembre 2016, p. 51-73.

Entretien

puce Olivier Cléach, « Le cheminement atypique d’un sociologue du travail. Entretien avec Pierre Tripier »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Le cheminement atypique d’un sociologue du travail. Entretien avec Pierre Tripier », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°15, septembre 2016, p. 77-91.

 Comptes rendus de lectures

 Pour citer cet article : Isabelle Chambost, « Recension de l’ouvrage de Bernard Colasse, Dictionnaire de comptabilité, Compter/conter l’entreprise », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°15, septembre 2016, p. 95-96.

 Pour citer cet article : Salvatore Maugeri, « Recension de l’ouvrage de M. Bigi, O. Cousin, D. Méda, L. Sibaud et M. Wieviorka, Travailler au XXIe siècle. Des salariés en quête de reconnaissance », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°15, septembre 2016, p. 97-100.

Suite à la publication de cette recension, les auteurs nous ont demandé de publier le droit de réponse suivant :

pdf Button

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Recension du Dictionnaire critique de la RSE dirigé par Nicolas Postel, Richard Sobel (s/d), avec la collaboration de Frédéric Chavy », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°15, septembre 2016, p. 101-107.


 Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion – n° 14

Édito

puce Salvatore Maugeri, « Présentation du numéro 14 »

 Pour citer cet article : Salvatore Maugeri, « Présentation du numéro 14 », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°14, décembre 2015, p. 7-8.

Articles de recherche

puce Jean-Luc Metzger, « Michel Foucault et la gestionarisation néolibérale »

Résumé : Depuis la fin des années 1970, de nombreux États se sont convertis, avec plus ou moins de zèle, à des politiques que l’on peut qualifier, avec Michel Foucault, de néolibérales. Leur mise en œuvre a favorisé l’industrialisation à marche forcée de nombreux secteurs, la financiarisation des économies et la privatisation des administrations publiques. Cela a conduit à un accroissement des inégalités (entre classes, genres et nations), à une remise en cause des acquis sociaux et à une accentuation des destructions de l’environnement naturel. Au cœur de ces mutations d’ampleur mondiale, le fait gestionnaire joue un rôle déterminant. Il est donc important de chercher à inventer une manière de gérer qui soit moins destructrice et moins porteuse de rapports de domination. Dans cette perspective, nous présentons une lecture des travaux que Michel Foucault a consacrés à l’étude du pouvoir. Puis nous examinons les apports de ce cadre d’analyse à la compréhension des transformations socio-économiques contemporaines : en particulier, nous dégageons la catégorie de gouvernementalité gestionnaire. Enfin, nous utilisons cette catégorie pour dégager les pistes que devraient respecter tout projet de gestion alternative.

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Michel Foucault et la gestionarisation néolibérale », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°14, décembre 2015, p. 11-59.

puce Jean-Marie Pillon, « Les jeux de la mesure et de la performance. La grammaire gestionnaire à Pôle emploi »

Résumé : Ce texte s’intéresse à une caractéristique centrale de la mise en gestion de l’action publique : le management par indicateur. Plutôt que d’appréhender ce processus comme une loi d’airain qui s’imposerait mécaniquement et de façon uniforme à tous les acteurs, nous proposons de saisir le management par indicateur comme une pratique professionnelle, celle des gestionnaires. Cette pratique s’appuie sur des dispositifs techniques qui sont eux-mêmes le produit de la pratique professionnelle d’autres acteurs, les développeurs informatiques. La création et la maintenance de ces dispositifs techniques n’est de ce fait pas neutre, elle est faite de décisions, de choix, qui sont proprement politiques. Mais le fonctionnement de cette architecture n’est au final rendu possible que par l’alimentation des logiciels effectuée par les conseillers Pôle emploi au cours de leur travail avec les chômeurs. Un tel questionnement nous conduit à nous interroger sur les conséquences de cette pratique du management par indicateur sur la politique de l’emploi. Cette réflexion est éclairée par une observation directe des pratiques professionnelles des conseillers d’une agence Pôle emploi ainsi que sur une série d’entretiens réalisés auprès de professionnels du contrôle de gestion, de maîtres d’ouvrage informatique et de conseillers à l’emploi de Pôle emploi.

Pour citer cet article : Jean-Marie Pillon, « Les jeux de la mesure et de la performance. La grammaire gestionnaire à Pôle emploi », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°14, décembre 2015, p. 61-88.

 Actes du séminaire
Contributions à une altergestion

puce Hugo Bertillot, « Actes du séminaire Autour du livre de Fabrice Bardet, La contre-révolution comptable »

Résumé. Dans le but de faire vivre un champ de recherche autour du phénomène gestionnaire, le RT 30 organise depuis 2014 un séminaire qui donne l’occasion à des chercheurs de parler de leurs travaux en lien avec la sociologie de la gestion. Les membres du RT 30 ou d’autres chercheurs invités commencent par discuter sur le fond les travaux en question. L’auteur dispose par la suite d’un temps conséquent pour répondre et réagir aux interrogations soulevées. Le 1er octobre 2015, Fabrice Bardet était l’invité du séminaire, qui s’est tenu au CNAM. F. Bardet est Directeur de recherche HDR à l’École nationale des travaux publics de l’État. Il a soutenu en 2000 une thèse consacrée aux statistiques publiques à l’échelle régionale, sous la direction de M. Offerlé, intitulée Les statistiques au miroir de la région. Ses travaux de recherche s’inscrivent résolument dans la veine de la sociologie historique de la quantification, un sillon tracé par A. Desrosières.

 Pour citer cet article : Hugo Bertillot, « Actes du séminaire Contributions à une altergestion. Autour du livre de Fabrice Bardet, La contre-révolution comptable », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°14, décembre 2015, p. 91-119.

Entretien

puce Isabelle Chambost, Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger, « Surmonter la désillusion. Entretien avec Dominique Manotti »

Résumé. Dominique Manotti (de son vrai nom : Marie-Noëlle Thibault) a été enseignante-chercheuse en histoire contemporaine à l’université de Vincennes, tout en s’engageant avec sincérité dans l’action politique et syndicale jusqu’au début des années 80. Elle est devenue, au moment de la retraite, auteur de romans noirs. Le récit du parcours de cette militante de l’égalité et de la justice sociale livre une vision désenchantée de l’histoire politique de notre pays. Son passage à l’écriture de romans noirs lui a permis de surmonter ses déceptions et de renouer avec une nouvelle forme d’engagement, en donnant à voir avec beaucoup d’acuité les chemins de l’enrichissement, empruntés en toute impunité par une génération tant porteuse d’espoir.

Pour citer cet article : Isabelle Chambost, Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger, « Surmonter la désillusion. Entretien avec Dominique Manotti », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°14, décembre 2015, p. 123-138.

 Compte rendu de lecture

 Résumé : Dans ce livre, D. Cardon et A. Casilli, sociologues spécialistes du numérique, nous présentent un phénomène relativement nouveaux : le digital labor ou digital labour. On peut faire remonter son origine à une conférence qui s’est tenue en 2009 : The Internet as playground and factory dont on retrouve les actes dans Scholz T. (eds), Digital Labor, New York, Routledge, 2013. Le digital labor est concomitant de la montée en puissance de l’utilisation de dispositifs de mise en relation électroniques, commercialement appelés des « réseaux sociaux », tels que Facebook, Twitter, Linkedin, etc. Plus globalement, le digital labor s’inscrit dans les mouvements de transformation des sociétés contemporaines, au sein desquels certains chercheurs, mais aussi de nombreux industriels, politiciens et acteurs associatifs, accordent aux dimensions technologiques une place centrale. Ce que beaucoup qualifient – le plus souvent, sans recul critique -, la « digitalisation » des sociétés ou la « digitalisation des entreprises », résultat de choix macroéconomiques et macropolitiques, semble alors devenir un phénomène en surplomb, issu d’un au-delà du monde : ce qui devrait être expliqué de vient ainsi, par un retournement rhétorique auquel les intellectuels médiatiques nous ont habitué, la cause de toute chose.

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Recension de l’ouvrage de Dominique Cardon et Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le digital labor? », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°14, décembre 2015, p. 141-145.


Résumé : Cet article a pour objet d’analyser la manière dont la domination financière opère, quels en sont les caractéristiques et les ressorts. Elle s’appuie, pour ce faire, sur l’étude des dispositifs mis en place par l’industrie financière des Private Equity. Cette dernière s’est construite autour de la revente d’entreprises détenues par des fonds d’investissement, revente programmée dès leur acquisition, dans le but de dégager de très fortes plus-values. À travers ce champ particulier de la finance, en prise directe sur les entreprises, cette étude tente de compléter ou d’affiner le concept de « dispositif de gestion », en étudiant notamment la manière dont l’industrie du Private Equity construit sa légitimité. Cette étude se fonde sur la réalisation d’entretiens avec des gérants de fonds, des représentants des salariés, des avocats, et l’étude de différents documents juridiques, comptables et financiers (pactes d’actionnaires, contrats de prêts, reporting auprès des banques…).

Pour citer cet article : Isabelle Chambost, « Caractéristiques et ressorts de la domination financière Le cas des fonds de private equity », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°13, mars 2015, p. 3-24.

Entretien

puce Nhu Tuyen Lê et Dominique Steiler, « Entretien avec Antoine Raymond »

Résumé : Nhu Tuyen Lé et Dominique Steiler ont interviewé, le 16 mai 2014, Mr Antoine Raymond, PDG de l’entreprise ARaymond, entreprise « familiale », à dimension internationale (filiales sur quatre continents, y compris en Chine et en Inde) et spécialisée dans la conception et la fabrication de composants pour l’automobile . L’entreprise n’est pas cotée en bourse, donc ne dépend pas des attentes ou des exigences des « marchés » financiers. Antoine Raymond, qui s’intéresse au bien-être au travail et aux conditions de travail de ses salariés, est également actif auprès de l’Ecole de Management de Grenoble où il soutient la Chaire Mindfullness . L’entreprise – comme la Chaire – met l’accent sur la nécessité d’inventer une autre manière d’envisager l’économie, le travail, leurs places dans la société et vis-à-vis de la nature. C’est pourquoi, il nous a paru intéressant de donner à voir le point de vue de ce chef d’entreprise, qui, comme il le dit lui-même n’était pas « fait pour être patron, mais qui a été fabriqué pour devenir patron » et qui, tout compte fait, s’en trouve très content, tant qu’il peut continuer à conserver son originalité. Le regard rétrospectif qu’il porte sur son propre parcours rend plus concret, non seulement le métier de « patron », mais également, les modalités de transmission de certaines valeurs et pratiques. S’il reconnaît l’importance des « nouvelles » exigences gestionnaires, son témoignage montre, à rebours, qu’il existe plusieurs manières d’y répondre, voire de se les approprier. 

Pour citer cet article : Nhu Tuyen Lê et Dominique Steiler, « Entretien avec Antoine Raymond », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°13, mars 2015, p. 25-42.

Compte rendu de lecture

Résumé : Gilles Garel, professeur en sciences de gestion et titulaire de la chaire gestion de l’innovation au Cnam, propose, dans la collection Repères, un manuel consacré au management de projet. Au-delà de la simple mode managériale de la fin des années 1980, il apparaît comme un mode de gestion largement diffusé et durablement installé dans de nombreux secteurs d’activité. Dans le même temps, l’auteur souligne la faiblesse des travaux scientifiques en management de projet contrastant avec l’existence d’une abondante littérature procédant sur le mode du récit d’entreprise à succès et / ou du catalogue de recettes. Il cherche de manière spécifique à se saisir du management de projet en tant que phénomène organisationnel et mode de gestion des entreprises. En ce sens, il s’attache à dégager différentes configurations de projets, comprendre les conditions de leur émergence, analyser leurs performances et pointer des limites internes. Ce manuel de gestion présente la particularité de retenir (pour une partie des chapitres de l’ouvrage) une perspective sociohistorique et critique.

Pour citer cet article : Jérôme Cihuelo, « Recension du livre de Gilles Garel, Le management de projet, La Découverte 2011 », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°13, mars 2015, p. 25-42. 


Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion – n°12souris._clic

 Articles de recherche

puce Retour sur le Ve Congrès de l’Association Française de Sociologie de Nantes, autour du thème des dominations

Résumé : Lors du dernier congrès de l’Association française de sociologie, dont le thème était « Les dominations », le Réseau Thématique 30 « Sociologie de la gestion » a organisé cinq sessions. Il nous a paru important de conserver une trace écrite de ce travail pour souligner la diversité des thèmes abordés et la richesse des terrains étudiés. Nous avons ainsi synthétisé les débats et parfois les déceptions qu’ont suscités les quatre sessions. Cette synthèse est découpée en six parties.

 Jean-Luc Metzger, « Des sessions dominées par l’absence d’intérêt pour les théories de la domination? »

 Salvatore Maugeri, « Les fondements de la domination contemporaine »

 Nhu Tuyen Lê, « De l’esprit d’entreprendre au coaching »

 Isabelle Chambost et Karen Rossignol, « Rhétorique Gestionnaire et dispositifs d’enrôlement »

 Frédéric Lebaron et Jean-Marie Pillon, « Nouvelle gestion publique et domination »

 Jean-Luc Metzger, « Usages des dispositifs de gestion et exercice de la « domination désincarnée » au travail : esquisse d’une grille d’analyse »

puce Sébastien Petit, « La normalisation de la domination gestionnaire, un rapport social dissimulé»

Résumé : Depuis les années 1980, la plupart des situations de travail semble confronter les salariés à des normes, des pratiques et des représentations qui sont originellement celles de la gestion et du management. Si, comme l’ont notamment montré Luc Boltanski et Eve Chiapello, l’évolution des discours et des pratiques dans le travail décline les transformations du capitalisme contemporain, la naturalisation du système de représentations et d’actions relatif au champ de la gestion apparaît plus spécifique au contexte des dernières décennies. Qu’il s’agisse des outils de travail, des formes d’organisation du travail et de mobilisation des travailleurs, des modalités de planification et de compte-rendu de l’activité ou encore de la configuration de la coopération et de la division du travail, l’environnement de travail est traversé par un logos gestionnaire qui n’est pas toujours perçu par les travailleurs eux-mêmes. Car, comme le remarque Frédéric Lordon à propos du salariat, « se sentir mobilisé ou vaguement réticent, ou encore révolté, engager sa force de travail avec enthousiasme ou à contrecœur, ce sont autant de manières d’être affecté comme salarié, c’est-à-dire d’être déterminé à entrer dans un projet (un désir) qui n’est pas d’abord le sien » (Lordon, 2010, p. 13).

Pour citer cet article : Sébastien PETIT, « La normalisation de la domination gestionnaire, un rapport social dissimulé », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°12,  mars 2014, p. 35-55.

Entretien

puce Karen Rossignol, « Entretien avec François Pichault » 

Résumé : François Pichault est né en Belgique en 1959. Il est Docteur en sociologie de l’Université de Liège, Professeur titulaire à HEC-École de Gestion de l’Université de Liège et Professeur associé à l’ESCP-Europe à Paris. Il dirige, à l’Université de Liège, le Laboratoire d’Études sur les Nouvelles Technologies, l’Innovation et le Changement (LENTIC), qui se dé*nit comme un centre de recherche-intervention dont les missions sont la recherche, l’accompagnement, l’évaluation et la formation sur les aspects humains et organisationnels des processus d’innovation et de changement. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages en théorie des organisations, en sociologie du travail et en gestion des ressources humaines. Dans cet entretien, François Pichault revient sur son itinéraire de chercheur en sociologie se tournant progressivement vers les théories et les pratiques des chercheurs en sciences de gestion. Il évoque ses activités de recherches, d’enseignements et d’interventions en entreprise et explique les différences qu’il identifi‚e entre la sociologie et les sciences de gestion : le « rapport au réel » et le « rapport théorie / pratique ».

Pour citer cet article : Karen ROSSIGNOL, « Entretien avec François Pichault », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°12,  mars 2014, p. 57-67.

Notes de lecture

puce Jean-Luc Metzger, « Recension du livre d’Alexandra Ouroussof, Triple A, Une anthropologue dans les agences de notation »

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Lecture du livre d’Alexandra Ouroussof; Triple A, Une anthropologue dans les agences de notation », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°12,  mars 2014, p. 69-72.

puce Jérôme Cihuelo, « Recension du livre de Laurent Éloi, Économie de la confi€ance »

Pour citer cet article : Jérôme Cihuelo, « Lecture du livre de Laurent Éloi, Économie de la confi€ance », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°12,  mars 2014, p. 72-79.

puce Olivier Cléach, « Recension du livre d’Eve Chiapello et Patrick Gilbert, Sociologie des outils de gestion »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Lecture du livre d’Eve Chiapello et Patrick Gilbert, Sociologie des outils de gestion », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°12,  mars 2014, p. 80-84.


Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion – n° 11souris._clic

Articles de recherche

 

puce Nhu Tuyên LÊ, « Réforme comptable et transition du communisme vers le capitalisme : le cas du Viêt-Nam. Deuxième partie »

 Résumé : Cet article constitue la seconde partie d’une recherche concernant la dialectique entre changement de politique macroéconomique et normalisation comptable, dans le cas du Viêt-Nam.

Pour citer cet article : Nhu Tuyên LÊ, « Réforme comptable et transition du communisme vers le capitalisme : le cas du Viêt-Nam. Deuxième partie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°11, juin 2013, p. 5-23.

puceFrédéric Mougeot, « À quoi tient la mesure ? Engagement dans le travail et opérations de codifications. Le cas du travail infirmier en psychiatrie »

Résumé : Cet article, issu d’un travail de thèse, aborde l’introduction de dispositifs de gestion (indicateurs de gestion, outils de mesure, etc.) afin de mesurer le travail d’activité de soignants en Centre Hospitalier Spécialisé en maladie mentale. Il montre les usagers que ces acteurs font de ces dispositifs.

Pour citer cet article : Frédéric Mougeot, « À quoi tient la mesure ? Engagement dans le travail et opérations de codifications. Le cas du travail infirmier en psychiatrie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°11, juin 2013, p. 24-35.

Entretien

puceOlivier Cléach, « Entretien avec Danièle Linhart, sociologue du travail »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Entretien avec Danièle Linhart, sociologue du travail », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°11, juin 2013, p. 37-55.

Note de lecture

puce  Jean-Luc Metzger, « Evaluer, classer, dénombrer : le fait gestionnaire se réduit-il à l’emprise de la quantification ? »

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Evaluer, classer, dénombrer : le fait gestionnaire se réduit-il à l’emprise de la quantification ? Lecture croisée du livre d’Albert Ogien, Désacraliser le chiffre dans l’évaluation du secteur public, et du dossier coordonné par Mélanie Guyonvarch et Jean Vandewattyne, Travail et action collective en temps de crise, Les Mondes du Travail, n°12 », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°11, juin 2013, p. 57-62.


Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion – n° 10souris._clic

Article de recherche

puce  Nhu Tuyên LÊ, « Réforme comptable et transition du communisme vers le capitalisme : le cas du Viêt-Nam. Première partie » 

Résumé : Cet article constitue la première partie d’une recherche concernant la dialectique entre changement de politique macroéconomique et normalisation comptable, dans le cas du Viêt-Nam. Après avoir rappelé succinctement quelques éléments de l’histoire récente du Viêt-Nam, nous nous centrerons sur les années 1960-1979 en examinant le rôle attribué à la comptabilité par les autorités politiques pour transformer la société. Dans ce sens, nous détaillerons la conception et la mise en œuvre de deux « dispositifs » comptables particuliers – le tableau de récapitulation des biens et le tableau des consommations –, ce qui nous permettra de souligner combien la volonté de contrôler dans ses moindres détails le respect de l’allocation centralisée des ressources, faute d’accorder aux acteurs suffisamment de marges de manœuvre, a conduit à de graves dysfonctionnements. Dans le prochain article, nous analyserons les tentatives de corrections apportées par les pouvoirs publics.

Pour citer cet article : Nhu Tuyên LÊ, « Réforme comptable et transition du communisme vers le capitalisme : le cas du Viêt-Nam. Première partie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°10, octobre 2012, p. 5-29.

 

 Entretien

puce  Jean-Luc Metzger, « Entretien avec Béatrice Touchelay »

Résumé : Béatrice Touchelay est professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Ses réflexions portent non seulement sur la genèse des dispositifs de quantification et la généalogie des institutions qui les ont produits, mais également sur les cadres sociopolitiques qui leur sont associés, tant du point de vue de l’intention des décideurs que des croyances plus générales liées à la transparence du social (le nombre pouvant apparaître comme un moyen d’objectiver les inégalités). Elle nous a accordé un entretien, en mai 2012, dont nous restituons les principaux moments. Les propos de l’auteur soulignent l’intérêt des recherches situées dans un espace n’appartenant pas clairement à une discipline en particulier et où peu se sont jusqu’ici aventurés avec succès.

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Entretien avec Béatrice Touchelay », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°10, octobre 2012, p. 31-49.

Notes de lecture

 puce Jean-Luc Metzger, « Recension des livres de Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude; Anne Pezet et Eric Pezet, La société managériale; Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes »

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Compte rendu de lecture des livres de Frédéric Lordon, Capitalismes, désir et servitude; Anne Pezet et Eric Pezet, La société managériale; Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°10, octobre 2012, p. 51-65.

 puce Jean-Marie Pillon, « Recension du livre dirigé par Christine Bureau et Ivan Sainsaulieu, Reconfigurations de l’État social en pratique »

Pour citer cet article : Jean-Marie Pillon, « Compte rendu de lecture du livre de Marie-Christine Bureau et Ivan Sainsaulieu (eds.), Reconfigurations de l’Etat social en pratique », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°10, octobre 2012, p. 66-72.

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion – n° 9souris._clic

Article de recherche

puce  Collectif, « La sociologie de la gestion au IVe congrès de l’AFS: retours critiques sur le devoir d’innover »

Résumé : Le quatrième congrès de l’Association Française de Sociologie – AFS – (juillet 2011) avait pour thème la création et l’innovation. Nous avions saisi cette occasion pour rédiger un appel à communications invitant les chercheurs à prendre une salutaire distance vis-à-vis de ce qui constituait, dans de nombreuses sphères d’activité, le devoir d’innover. Notre appel à communications insistait sur l’importance de « se déprendre du devoir d’innover » et sur la nécessité d’adopter une perspective critique vis-à-vis des « innovations » techniques et gestionnaires, tant celles-ci fondaient une rhétorique raffinée, une manière élaborée de masquer la perpétuation des rapports de domination. Dans cet article, nous rendons compte des communications et des débats suscités autour de ces questions.

 Pour citer cet article : Marie Benedetto-Meyer, Dominique Bessire, Isabelle Chambost, Olivier Cleach, Jérôme Cihuelo, Jean-Marc Fridlender, Marc Leroy, Salvatore Maugeri, Jean-Luc Metzger, Jean-Marie Pillon, Arnaud Sabatier, Pascal Ughetto, « La sociologie de la gestion au IVe congrès de l’AFS: retours critiques sur le devoir d’innover », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°9, février 2012, p. 5-43.

 Entretien

puce  Jean-Luc Metzger, « Entretien avec Eric Godelier »

Résumé : Éric Godelier est professeur de management et responsable des enseignements sur l’entreprise et les organisations. Il enseigne l’histoire de la gestion et l’anthropologie dans le management multiculturel. Ses travaux ont notamment porté sur l’histoire de l’entreprise sidérurgique Usinor, plus généralement sur la construction sociohistorique des dispositifs de GRH, les représentations qui les sous-tendent, les dimensions culturelles caractéristiques des univers professionnels. Il nous a accordé un entretien en décembre 2011, dont nous restituons les principaux moments.

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Entretien avec Eric Godelier », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°9, février 2012, p. 44-60.

Notes de lecture

 puce Sylvie Craipeau et Jean-Luc Metzger, « Recension du livre de Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale »

Pour citer cet article : Sylvie Craipeau et Jean-Luc Metzger, « Compte rendu de lecture du livre de Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°9, février 2012, p. 60-67.

puce Jean-Luc Metzger, « Recension du livre de Béatrice Touchelay, L’État et l’entreprise. Une histoire de la normalisation comptable et fiscale à la française »

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Compte rendu de lecture du livre de Béatrice Touchelay, L’État et l’entreprise. Une histoire de la normalisation comptable et fiscale à la française », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°9, février 2012, p. 68-76.

Numéros disponibles

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion, n°17, décembre 2017 

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion, n°16, avril 2017

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion, n°15, septembre 2016

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion, n°14, décembre 2015

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion, n°13, mars 2015

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion, n°12, mars 2014

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion, n°11, juin 2013

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion, n°10, octobre 2012

Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion, n°9, février 2012

Congrès de l’AFS 2021

9eme congrès de l’Association Française de Sociologie

« Changer ? »

Lille, juillet 2021

Appel à communications du RT sociologie de la gestion (RT30)

Le Réseau thématique « sociologie de la gestion » (RT30) attend vos propositions de trois pages maximum (~ 8 000 signes), hors bibliographie, d’ici le 15 janvier 2021.

Après les thèmes de la violence (Paris, 2009), de la domination (Nantes, 2013), de la Nature (Saint-Quentin en Yvelines, 2015), du pouvoir comme objet sociologique (Amiens, 2017), ou encore celui des classements (Aix-en-Provence, 2019), le prochain congrès de l’Association Française de Sociologie qui se tiendra à Lille à l’été 2021 nous propose de réfléchir ensemble à une question classique de notre discipline : celle du changement.

L’approche sociologique postule en effet que les phénomènes que nous étudions varient dans le temps et dans l’espace, sont contingents. La sociologie de la gestion s’intéresse justement aux transformations des rapports de pouvoir qui structurent les organisations et les marchés, puisqu’elle cherche à analyser et rendre compte de processus de mise en gestion de différentes sphères sociales, mais aussi aux discours managériaux autour des injonctions au changement permanent (Metzger, 2000). Nous qualifions ces processus à l’aide du barbarisme de “gestionnarisation” (Boussard et Maugeri, 2003 ; Metzger et Benedetto-Meyer, 2008) pour montrer également la place de plus en plus prégnante que la gestion, le management, les représentations comptables ainsi que la finance tiennent dans nos sociétés capitalistes (dans et hors les entreprises). Toutefois, la notion de changement peut conduire à plusieurs écueils. Le terme de « changement social », par exemple, peut s’avérer flou, dépolitisé et supposer que toute « la société » changerait d’elle-même et de façon homogène, au risque d’oublier de s’intéresser à la transformation historique et les temporalités de tel ou tel rapport social. À l’inverse, l’étude du changement peut, comme toute analyse sociologique, s’enfermer dans la monographie d’un espace spécifique, en oubliant de chercher à en identifier les causes proches et lointaines, de s’intéresser à des configurations plus vastes et offrent des pistes de montée en généralité (par exemple, en examinant les transformations du droit du travail au niveau européen ou l‘imposition progressive du référentiel des comptables internationales au niveau mondial.

Notre réseau, consacré à l’étude du fait gestionnaire, tâche d’éviter de tels écueils en inscrivant l’étude des pratiques de gestion dans les rapports de forces plus généraux qui parcourent le monde, tout en proposant une analyse de ce qui se passe concrètement, au quotidien, sur des scènes sociales bien circonscrites.

Sans exclure toute idée originale à laquelle nous n’aurions pas songé, les propositions de communication pourraient privilégier 4 axes :

 Axe 1 : Pour une étude de la diversité empirique des processus de gestionnarisation

On peut parler de processus de gestionnarisation chaque fois que l’organisation d’une activité sociale, qu’il s’agisse de celle de travailleu·ses de terrain ou de celle de clients et d’usager·es, que le contexte soit français ou étranger, se voit imposer des normes, des dispositifs ou des savoirs formalisés, conçus par des spécialistes (technocrates, experts, managers, etc.) qui, eux, n’exercent pas directement d’activité productive, mais conçoivent et régulent, directement ou non, le travail exécuté par d’autres. Tous occupent la position de cadres organisateurs à distance (Dujarier, 2015) opérant depuis les bureaux, mais leur action n’a d’effet que si elle est relayée par un deuxième niveau de travail d’organisation, celui réalisé directement auprès des équipes par les cadres intermédiaires ou de proximité (Barrier et.al 2015, Benedetto, Hugot, Ughetto [à paraître 2021]). Un phénomène gestionnaire est toujours situé, il concerne des aspects précis de l’organisation du travail. Il se diffuse au travers de pratiques concrètes, dont ni les formes ni la finalité ne sont totalement connues a priori, car celles-ci procèdent en partie de la compétition entre différents groupes professionnels portant des modèles concurrents de mise en gestion.

Tout élément de l’organisation du travail au sens large peut théoriquement être la cible de pratiques gestionnaires : les différentes catégories de droit (des affaires, du travail, social…) ; la division du travail et la fixation des objectifs stratégiques au sein des multinationales comme au sein des institutions internationales ; l’agencement des opérations de production dans l’atelier ou le service local, avec le taylorisme classique, le lean management, les procédures « qualité » ou le recours à un logiciel de type workflow ; le jugement sur l’efficacité collective et l’évaluation du travail, lorsque des contrôleurs de gestion mettent en chiffres, en indicateurs les « performances » d’un établissement et répondent aux injonctions de la construction de représentations comptables au plus près des représentations financières d’un service voire d’un individu, tout particulièrement dans le cas des multinationales ; l’organisation proprement sociale du recrutement, de l’évaluation, de la formation, de la promotion, de la répartition des salaires ou des licenciements avec la gestion des ressources humaines ; l’infrastructure « machinique » et le système d’information avec les modèles de choix des investissements ou les progiciels de gestion ; la conception des biens et services publics ou privés et la détermination de leurs usages légitimes avec le marketing ou, dans l’État, la conception et l’évaluation des politiques publiques.

Tous les secteurs d’activité sont potentiellement concernés. Dans chaque entreprise, chaque administration, chaque association, chaque organisme supranational, à tel moment de son histoire, la forme et l’intensité d’un processus de gestionnarisation est susceptible de varier selon les coalitions d’acteurs qui les portent et les rapports de force locaux, eux-mêmes insérés dans les macrostructures sociales qu’ils façonnent autant qu’elles les déterminent. De plus, la prétention de spécialistes au monopole du travail d’organisation n’est jamais infaillible : elle doit toujours composer avec des encadrants, des professionnel·les ou des exécutant·es rétifs à la formalisation de leur activité, elle doit toujours composer avec des maîtres d’œuvre de l’infrastructure (informaticiens, contrôleurs de gestion, comptables), dont les contraintes et les principes peuvent déroger aux intentions du donneur d’ordre. De ce fait, la gestionnarisation ne s’impose que rarement de façon intégrale, sauf quand elle parvient à vaincre, à enrôler ou à contourner les résistances des dominés (et jamais sans effets pervers).

Les sessions que nous animerons l’été prochain, si les transformations du monde le permettent, seront ainsi tout à fait accueillantes à l’égard des enquêtes de terrain qui, en France et à l’étranger, visent à :

– comprendre les effets projetés et réels d’une réforme, d’une fusion-restructuration ou de l’introduction d’une technique de gestion sur les rapports sociaux internes à une entreprise, une administration ou une association, mais aussi sur les rapports sociaux avec les autres parties prenantes, clients, usagers, financiers, employés des sous-traitants, etc. ;

– mettre en évidence comment certains acteurs collectifs utilisent un dispositif de gestion pour redistribuer les rôles, les capacités d’action et les pouvoirs entre groupes professionnels ;

– montrer la manière dont des tâches, auparavant réalisées de manière informelle, sont progressivement mises en gestion ;

– ou encore rendre visibles les conflits dont l’enjeu porte sur tel ou tel aspect de l’organisation du travail.

Axe 2 : Analyser l’évolution des dispositifs de gestion sur le temps long

Le phénomène le plus visible est celui de la succession ininterrompue des réformes (privatisations, restructurations, fusions/absorptions, etc.) et des modes managériales, sous l’action, notamment, de grands cabinets de conseil internationaux, occupés à vendre des « outils de gestion » aux cadres dirigeants des organismes internationaux, des entreprises, et des administrations publiques ; action soutenue indirectement par des agences de notation. Pourtant, ces cycles rapides ne font souvent que renforcer, adapter ou reconfigurer des dispositifs plus globaux et plus stables en leur ajoutant certains éléments : la nouvelle trouvaille du directeur de la qualité rejoint le déjà vaste arsenal des normes préexistantes, la DRH ajoute un nouveau progiciel de gestion du recrutement à un lourd dispositif de sélection individualisée des salariés, etc. À se limiter au temps « court » d’une réforme ou d’une ethnographie, l’analyste prend parfois le risque de naturaliser une partie des rapports sociaux ou un passé idéalisé. De nombreux travaux cherchent à analyser les processus de gestionnarisation sur le temps long de la construction/reconstruction des organisations publiques et privées, qui se jouent souvent sur plusieurs décennies. Nous pensons, par exemple, aux travaux publiés par les gestionnaires critiques de la revue Accounting, Organizations and Society (AOS), ainsi qu’à ceux en histoire économique et en histoire de la comptabilité, réalisés par des historiens ou des gestionnaires, comme ceux de Béatrice Touchelay qui a étudié la progressive normalisation comptable des entreprises, ou de Laurence Morgana qui a exposé la préhistoire de la managérialisation des PTT depuis les années 1930. Il peut être également intéressant d’analyser comment les modes actuelles de management s’inscrivent, avec un certain degré de dévoiement, dans des concepts historiquement développés comme l’autogestion par exemple (Isabelle Chambost, Olivier Cléach, Simon Le Roulley, Frédéric Moatty et Guillaume Tiffon (dir.), 2020). C’est pourquoi nous trouverions un grand intérêt, lors du prochain congrès, à donner la parole à des chercheurs pratiquant une sociohistoire des entreprises et des administrations, qu’il s’agisse de contextes français, étrangers, nationaux ou internationaux.

Axe 3 : Analyser les transformations du champ de la gestion ?

La poursuite des dynamiques gestionnaires et la consolidation des monopoles organisationnels passent souvent par la « professionnalisation » des spécialistes chargés de concevoir, de maintenir, d’appliquer et de transformer des dispositifs. On peut, par exemple, se demander selon quels mécanismes sociaux les contrôleurs de gestion ou les DRH en sont venus à constituer une expertise autonome, liée à des savoirs formalisés, sanctionnée par des diplômes spécifiques, défendus par des organisations professionnelles, disposant de leur propre segment sur le marché du travail. Comment de tels processus de professionnalisation prennent-ils forme en France et au-delà.  En ce qui concerne le secteur de la formation, qui lui aussi devient un marché s’internationalisant, l’institutionnalisation et la montée en puissance des écoles de commerces (Chessel et Pavis, 2001 ; Blanchard, 2015) ou encore les réformes des Instituts régionaux d’administration (IRA) (Quéré, 2020) comme celle de l’EHESP à Rennes ont participé à une professionnalisation des savoirs gestionnaires et à une légitimation de ceux qui les portent. Comment rendre compte de la place des savoirs gestionnaires (contenu cognitif, travail d’élaboration des savoirs, modalités de leur légitimation) et analyser le degré d’autonomie de ces savoirs par rapport aux dynamiques sociales et rapports de force plus généraux. Quant aux grands cabinets de conseil, ils ont participé à l’émergence d’une véritable industrie des dispositifs standardisés, agissant à l’échelle globale.

Dans cette veine, nous serions tout à fait ravis de voir exposés des travaux qui analysent les reconfigurations de différents segments de l’espace de la gestion, sous l’angle des luttes de juridiction, de la production des savoirs ou des trajectoires collectives et individuelles. Les reconfigurations à une échelle transnationale seront particulièrement bienvenues, de même que les travaux portant sur la constitution ou les reconfigurations de champs d’expertise gestionnaire à l’échelle de secteurs comme la santé ou l’enseignement supérieur.

Axe 4 : Penser les stratégies de « conduite du changement »

Parmi ces différentes spécialités gestionnaires, celle de la « conduite du changement » tend, depuis au moins les années 1960, à s’institutionnaliser. Lorsqu’il fonde la sociologie française des organisations, Michel Crozier défend déjà la posture d’un sociologue-expert chargé d’aider les entreprises et les administrations publiques à « s’adapter » au nouvel « environnement économique » constitué par ce que l’on n’appelait pas encore la mondialisation. Universités et grandes écoles de commerce proposent aujourd’hui de nombreux Master ou MBA spécialisés dans la « conduite du changement », à destination des futurs consultants. Cette professionnalisation de la conduite du changement est allée de pair avec la naturalisation des oppositions qu’elle n’a pas manqué de susciter à travers la rhétorique des « résistances au changement ». Rangeant du côté de la sclérose et de l’immobilisme toute contestation des politiques et des stratégies déployées, cette rhétorique a contribué à légitimer la place des savoirs sociologiques dans les espaces gestionnaires, chargés de mesurer et d’assurer “l’acceptabilité” des programmes mis en œuvre.

Dans une perspective critique, le RT 30 donnerait toute leur place à des contributions qui permettraient de déconstruire et d’investir sociologiquement les activités de travail qui mettent “la conduite du changement” au cœur de leur préoccupation, mais aussi les processus de lutte ou de construction d’une alternative qu’ils suscitent. Ainsi, il conviendrait également, après Renaud Sainsaulieu et d’autres, de poser la question : comment les acteurs s’y prennent-ils pour conduire le changement, particulièrement en s’appuyant sur des dispositifs de pilotage issus de la gestion ?

Session croisée RT 12 « sociologie économique » / RT 30 « sociologie de la gestion »

Lors du prochain congrès, le RT 30 aura l’honneur d’animer une session conjointement au RT 12 « sociologie économique ». Celle-ci aura pour thème l’interpénétration des contraintes gestionnaires et marchandes.

Financiarisation, globalisation, mondialisation, désindustrialisation, digitalisation, New public management, etc. Les transformations du capitalisme des trente dernières années ont essentiellement été lues à travers des prismes macro-économiques, renvoyant aux dynamiques des marchés et des champs organisationnels. Cette représentation est héritée en France des travaux de l’école de la régulation, attentive aux “régimes d’accumulation” globaux, et aux États-Unis de la riche littérature néoinstitutionnaliste sensible aux isomorphismes par-delà les spécificités locales ou sectorielles. Les organisations et structures physiques de production seraient dès lors en proie à de grandes transformations cumulatives. Leur seule finalité tendrait à devenir la maximisation de la valeur actionnariale à court terme, mesurée au moyen d’indicateurs comme le Discounted cash flow, le Return on capital employed (ROCE) ou l’Economic value added (EVA). La complexité organisationnelle et technique des entreprises serait ainsi réduite à leur valeur patrimoniale sur le marché liquide des titres de propriété.

Bien des travaux s’attachent à renseigner les canaux d’influence des différentes sphères de la finance sur les organisations productives. Néanmoins, peu d’analyses se confrontent à la façon dont les flux physiques et financiers sont mis en équivalence pour attester d’une production de valeur, ou à la façon dont le travail quotidien se trouve reconfiguré par l’emprise de ces nouveaux indicateurs. Peu de recherches s’intéressent aux mécanismes concrets des flux physiques et financiers au sein des organisations. Pourtant, différents travaux laissent penser que la mondialisation et la financiarisation demeurent des “intentions de dominations” qui ne peuvent s’imposer sans combattre. La valeur actionnariale est d’abord une rhétorique : elle n’est susceptible d’informer les pratiques qu’au moyen d’un lourd travail organisationnel effectué contre les résistances multiples et les forces centrifuges.

Les RT Sociologie économique et Sociologie de la gestion proposent de ce fait d’organiser une session croisée réunissant des communications restituant pleinement les diverses facettes de ce travail organisationnel. Ce dernier relie l’action des travailleurs et des travailleuses, quelle que soit leur position, depuis la production proprement dite du bien ou du service, à sa configuration et traduction par différentes classes de professionnels, jusqu’à sa mise en marché. Au-delà du cas des intermédiaires financiers, nous pouvons par exemple nous demander quel rôle jouent les cadres des ressources humaines et leurs dispositifs RH dans la construction du marché du travail et du rapport salarial, ou encore quelle est la contribution des cadres marketing, des acheteurs et des qualiticiens à la construction des régimes de concurrence marchande contemporains. Il s’agirait alors d’exposer la façon dont les organisations productives autorisent ou interdisent les intentions de valorisation des différentes parties prenantes. Il s’agirait également de reconnecter leurs trajectoires intra-organisationnelles avec la multiplicité de leurs positions dans différents champs. C’est bien parce que les acteurs sont pluriels qu’ils construisent des espaces divers forgeant in fine différentes échelles de la valeur économique.

Calendrier

Pour organiser ses sessions et ses discussions, le Réseau thématique sociologie de la gestion (RT30) attend vos propositions de trois pages maximum (environ 8 000 signes) hors bibliographie d’ici le 15 janvier 2021. Vous pouvez déposer vos propositions de communication sur le site de l’AFS à l’adresse suivante : https://afs-socio.fr/rt/rt30/#tab-com

La sélection des textes et la notification aux chercheurs interviendront au mois de février 2021.

Nous attendons le texte final des communications avant le 9 mai 2021 pour une mise en ligne sur le site du RT30 (site : https://sociogest.hypotheses.org/), afin que toute personne intéressée par nos travaux puisse en prendre connaissance avant la tenue des sessions (ils seront supprimés à la fin du Congrès pour ne pas gêner d’éventuels projets de publication) et puisse participer aux débats qui auront lieu lors de nos sessions.

Contact en cas de problème : rt30@free.fr

 Quelques références 

Blanchard Marianne (2015), Les écoles supérieures de commerce, Paris, Classiques Garnier.

Boussard Valérie et Maugeri Salvatore (dirs.) (2003), Du politique dans les organisations, Paris, L’Harmattan.

Chambost Isabelle, Cleach Olivier, Le Roulley Simon, Moatty Frédéric et Tiffon Guillaume, L’autogestion à l’épreuve du travail : Quelle émancipation ?, Presses Universitaires du Septentrion, 2020.

Chessel Marie-Emmanuelle et Pavis Fabienne (2001), Le technocrate, le patron et le professeur. Une histoire de l’enseignement supérieur de gestion, Paris, Belin.

Dujarier Marie-Anne (2015), Le management désincarné : enquête sur les nouveaux cadres du travail, Paris, Découverte.

Hopwood, Anthony G., et Miller, Peter (Dirs.) (1994), Accounting As Social And Institutional Practice, Cambridge, CUP.

Metzger Jean-Luc (2000), Entre utopie et résignation, la réforme permanente d’un service public, Paris, L’Harmattan.

Metzger, Jean-Luc, et Benedetto-Meyer, Marie (Dirs.) (2008), Gestion & Sociétés, Paris, L’Harmattan.

Morgana Laurence (2008), L’invention du contrôle de gestion à La Poste (1923-2003), Paris, L’Harmattan.

Quéré Olivier (2020), L’atelier de l’État, Rennes, PUR.

Touchelay Béatrice (2011), L’État et l’entreprise : une histoire de la normalisation comptable et fiscale à la française, Rennes, PUR.

Sociologie de la gestion et du management

 

Le Réseau Thématique 30 se consacre à l’étude critique et réflexive de la gestion, des faits gestionnaires et des processus de gestionnarisation. Il est l’un des réseaux thématiques de l’Association Française de Sociologie (AFS).

Il a été constitué officiellement lors du premier Congrès de l’AFS, en 2004. Il est la concrétisation d’une réflexion entamée autour du laboratoire Printemps (UVSQ), dès la fin des années 90, à partir d’un constat : la gestionnarisation croissante de la société et la diffusion de dispositifs de gestion toujours plus nombreux, plus sophistiqués, plus contraignants.

L’objectif de ce réseau pluridisciplinaire est de construire un champ de réflexion autour des pratiques et des dispositifs de gestion. Le réseau se propose de développer une approche sociologique des pratiques et des outils de gestion, distincte dans ses positionnements et ses méthodes à la fois des sciences de gestion, de la sociologie économique et de la sociologie des organisations et du travail. On s’intéresse aux concepts, dispositifs, outils et pratiques de gestion, aux modalités de leur construction par les acteurs, à leur diffusion hors du monde de l’entreprise (ou du monde marchand), à leur diffusion internationale, aux transformations qu’ils subissent du fait de leur inscription dans des contextes nouveaux. Le réseau s’interroge également sur le positionnement d’une sociologie de la gestion par rapport à la demande sociale.

Le RT 30 mène de front plusieurs activités :

● Une réflexion critique sur les faits gestionnaires, la gestionnarisation de la société
●  L’édition d’une revue électronique : les Cahiers Internationaux de la Sociologie de la gestion ;
●  La direction d’une série chez l’Harmattan dans la collection « logiques du  social » dirigée par Bruno Péquignot ;
●  L’organisation de journées d’étude, de colloques, de séminaires…
●  La rédaction d’articles, d’ouvrages, etc.
●  L’information, la production de connaissances…

Sites associés :

– Centre Pierre Naville – Université d’Evry-Val-d’Essonne : http://cpn.univ-evry.fr/

– CNAM-LISE : http://lise-cnrs.cnam.fr/

– Site personnel de Jean-Luc Metzger : http://jean-lucmetzger.monsite-orange.fr/