Articles de recherche

Brice Nocenti, « L’organisation scientifique de la concurrence : analyser empiriquement le néolibéralisme à partir des dispositifs de gestion »

Pour citer cet article :  Brice Nocenti, « L’organisation scientifique de la concurrence : analyser empiriquement le néolibéralisme à partir des dispositifs de gestion », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°21, septembre 2020, p. 13-56.

Nhu Tuyen Lê et Jean-Luc Metzger, « Présentation de « Imperialism, Globalisation and Resistance in the Accounting Profession: the Case of Egypt and Lebanon » »

Pour citer cet article : Nhu Tuyen Lê et Jean-Luc Metzger, « Présentation de « Imperialism, Globalisation and Resistance in the Accounting Profession: the Case of Egypt and Lebanon», Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 11-13.

Elisabeth Longuenesse, « Imperialism, Globalisation and Resistance in the Accounting Profession: the Case of Egypt and Lebanon »

Pour citer cet article : Elisabeth Longuenesse, « Imperialism, Globalisation and Resistance in the Accounting Profession: the Case of Egypt and Lebanon », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 15-46.

Marc Leroy, « Relire Schumpeter à l’aune de sa méthodologie et de sa sociologie fiscale »

Pour citer cet article : Marc Leroy, « Relire Schumpeter à l’aune de sa méthodologie et de sa sociologie fiscale », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 47-67.

Anaïs Henneguelle, « Compter sans connaitre. La construction des statistiques pénitentiaires françaises »

Pour citer cet article : Anaïs Henneguelle, « Compter sans connaitre – la construction des statistiques pénitentiaires françaises », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°19, décembre 2018, p. 11-28.

 Jean-Luc Metzger,  « Actualité d’Herbert Marcuse : à propos de l’homme unidimensionnel » 

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Actualité d’Herbert Marcuse : a propos de l’homme unidimensionnel », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°19, décembre 2018, p. 29-53.

  Jean-Luc Metzger, « André Gorz, Penseur de l’Émancipation. Deuxième partie : Discussions et précision »

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « André Gorz, penseur de l’Émancipation. – Deuxième partie : Discussions et précisions », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°17, mai 2018, p. 11-29.

Jean-Luc Metzger, « André Gorz, penseur de l’Émancipation. Première partie : De la critique du travail à la société auto-organisée »

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « André Gorz, penseur de l’Émancipation. – Première partie – De la critique du travail à la société auto-organisée », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°17, décembre 2017, p. 11-39.

Camille Gasnier, « Elaboration d’une norme internationale de management de la santé des travailleurs : privatisation ou nouvelle forme de gouvernement transnational des conditions de travail ? »

Résumé : Les normes volontaires destinées aux firmes sont de plus en plus nombreuses et s’imposent comme éléments de régulation des marchés. L’élaboration, depuis 2013, d’une norme ISO sur la gestion de la santé-sécurité au travail, donne à voir l’émergence d’un gouvernement hybride des conditions de travail. En effet, cette norme qui pourrait être imposée à l’avenir dans certains marchés, est développée dans un cadre privé, l’Organisation Internationale de Normalisation, mais convie également des acteurs de la sphère publique. Si certains ont parlé de privatisation des formes de gouvernement, cet article entend nuancer ce constat et examiner dans quelle mesure l’implication des pouvoirs publics dans la genèse de la future norme internationale sur la santé vise une appropriation des règles du marché dans le sens des exigences légales. Plutôt qu’une substitution de la normalisation à la loi, on observe l’émergence d’une nouvelle forme de gouvernement, caractérisée par une série de déplacements par rapport au gouvernement traditionnel : un déplacement de l’épicentre de la régulation de l’Etat vers les entreprises, l’effacement du régime paritaire de négociation au profit de nouveaux acteurs issus de la régulation des relations marchandes, et la prépondérance d’une conception gestionnaire de la santé au travail au service de la compétitivité qui vient supplanter la question centrale de la régulation des rapports de pouvoir au sein des entreprises.

Pour citer cet article : Camille Gasnier, « Elaboration d’une norme internationale de management de la santé des travailleurs : privatisation ou nouvelle forme de gouvernement transnational des conditions de travail ? », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°16, avril 2017, p. 11-37.

Jean-Luc Metzger, « Comprendre ce que l’emprise gestionnaire fait à la politique : apports de la pensée d’Hannah Arendt »

Résumé : Dans plusieurs ouvrages, nous avons cherché à préciser ce que nous entendions par « fait gestionnaire », non seulement pour circonscrire cet objet, mais également pour mieux en identifier les dynamiques et les effets. En particulier, nous avons évoqué – mais peu développé – les conséquences de la gestionarisation sur la sphère politique. C’est sous cet angle que la pensée philosophique d’Hannah Arendt (1906-1975) nous intéresse : elle contient, en effet, un cadre d’analyse original (un ensemble de théories) permettant d’appréhender, en une même démarche explicative, la modernité – à laquelle participe le fait gestionnaire – et ses conséquences, en termes de crise de la politique. L’intérêt de son œuvre tient également au détour qu’offre sa méthode : son argumentation se fonde, en effet, sur une critique radicale de la philosophie politique et sur la sélection d’événements historiques qui lui paraissent intuitivement révélateurs. Elle nous rappelle, en cela, l’importance et la pertinence d’adopter une démarche déductive : en réinterprétant des textes anciens portant sur des considérations éloignées des nôtres, elle nous suggère de retrouver « l’essence » d’un phénomène – ici la politique – en nous éloignant de l’univers intellectuel actuel, saturé par les emprises cumulées de la philosophie de l’histoire et du fait gestionnaire.

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Comprendre ce que l’emprise gestionnaire fait à la politique : apports de la pensée d’Hannah Arendt », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°16, avril 2017, p. 39-53.

Hugo Bertillot, « Comment l’évaluation de la qualité transforme l’hôpital. Les deux visages de la rationalisation par les indicateurs »

Résumé : L’action publique est aujourd’hui marquée par la prolifération d’indicateurs de gestion, d’évaluation et de comparaison. Le secteur hospitalier français est un véritable laboratoire de ce mouvement. Dans l’ombre des instruments de tarification qui ont attiré l’attention des observateurs, des instruments d’évaluation de la qualité sont déployés avec discrétion par les pouvoirs publics depuis le début des années 2000. Dans quelle mesure et de quelle manière ces dispositifs transforment-ils les activités hospitalières ? A partir d’une enquête de sociologie qualitative dans quatre établissements de santé, cet article procède à l’analyse des effets instillés localement par les indicateurs de qualité. Il met en évidence l’intrication des deux visages de la rationalisation de l’hôpital : en se faisant les vecteurs de dynamiques professionnelles et néomanagériales concomitantes, ils portent formalisation, normalisation, quantification et mise en équivalence à l’intérieur des établissements.
Pour citer cet article : Hugo Bertillot, « Comment l’évaluation de la qualité transforme l’hôpital. Les deux visages de la rationalisation par les indicateurs », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°15, septembre 2016, p. 11-48.

Jean-Luc Metzger, « Michel Foucault et la gestionarisation néolibérale »

Résumé : Depuis la fin des années 1970, de nombreux États se sont convertis, avec plus ou moins de zèle, à des politiques que l’on peut qualifier, avec Michel Foucault, de néolibérales. Leur mise en œuvre a favorisé l’industrialisation à marche forcée de nombreux secteurs, la financiarisation des économies et la privatisation des administrations publiques. Cela a conduit à un accroissement des inégalités (entre classes, genres et nations), à une remise en cause des acquis sociaux et à une accentuation des destructions de l’environnement naturel. Au cœur de ces mutations d’ampleur mondiale, le fait gestionnaire joue un rôle déterminant. Il est donc important de chercher à inventer une manière de gérer qui soit moins destructrice et moins porteuse de rapports de domination. Dans cette perspective, nous présentons une lecture des travaux que Michel Foucault a consacrés à l’étude du pouvoir. Puis nous examinons les apports de ce cadre d’analyse à la compréhension des transformations socio-économiques contemporaines : en particulier, nous dégageons la catégorie de gouvernementalité gestionnaire. Enfin, nous utilisons cette catégorie pour dégager les pistes que devraient respecter tout projet de gestion alternative.

Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Michel Foucault et la gestionarisation néolibérale », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°14, décembre 2015, p. 11-59.

Jean-Marie Pillon, « Les jeux de la mesure et de la performance. La grammaire gestionnaire à Pôle emploi »

Résumé : Ce texte s’intéresse à une caractéristique centrale de la mise en gestion de l’action publique : le management par indicateur. Plutôt que d’appréhender ce processus comme une loi d’airain qui s’imposerait mécaniquement et de façon uniforme à tous les acteurs, nous proposons de saisir le management par indicateur comme une pratique professionnelle, celle des gestionnaires. Cette pratique s’appuie sur des dispositifs techniques qui sont eux-mêmes le produit de la pratique professionnelle d’autres acteurs, les développeurs informatiques. La création et la maintenance de ces dispositifs techniques n’est de ce fait pas neutre, elle est faite de décisions, de choix, qui sont proprement politiques. Mais le fonctionnement de cette architecture n’est au final rendu possible que par l’alimentation des logiciels effectuée par les conseillers Pôle emploi au cours de leur travail avec les chômeurs. Un tel questionnement nous conduit à nous interroger sur les conséquences de cette pratique du management par indicateur sur la politique de l’emploi. Cette réflexion est éclairée par une observation directe des pratiques professionnelles des conseillers d’une agence Pôle emploi ainsi que sur une série d’entretiens réalisés auprès de professionnels du contrôle de gestion, de maîtres d’ouvrage informatique et de conseillers à l’emploi de Pôle emploi.

Pour citer cet article : Jean-Marie Pillon, « Les jeux de la mesure et de la performance. La grammaire gestionnaire à Pôle emploi », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°14, décembre 2015, p. 61-88.

Isabelle Chambost, « Caractéristiques et ressorts de la domination financière. Le cas des fonds de Private equity »

Résumé : Cet article a pour objet d’analyser la manière dont la domination financière opère, quels en sont les caractéristiques et les ressorts. Elle s’appuie, pour ce faire, sur l’étude des dispositifs mis en place par l’industrie financière des Private Equity. Cette dernière s’est construite autour de la revente d’entreprises détenues par des fonds d’investissement, revente programmée dès leur acquisition, dans le but de dégager de très fortes plus-values. À travers ce champ particulier de la finance, en prise directe sur les entreprises, cette étude tente de compléter ou d’affiner le concept de « dispositif de gestion », en étudiant notamment la manière dont l’industrie du Private Equity construit sa légitimité. Cette étude se fonde sur la réalisation d’entretiens avec des gérants de fonds, des représentants des salariés, des avocats, et l’étude de différents documents juridiques, comptables et financiers (pactes d’actionnaires, contrats de prêts, reporting auprès des banques…).
Pour citer cet article : Isabelle Chambost, « Caractéristiques et ressorts de la domination financière Le cas des fonds de private equity », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°13, mars 2015, p. 3-24.

Sébastien Petit, « La normalisation de la domination gestionnaire, un rapport social dissimulé »

Résumé : Depuis les années 1980, la plupart des situations de travail semble confronter les salariés à des normes, des pratiques et des représentations qui sont originellement celles de la gestion et du management. Si, comme l’ont notamment montré Luc Boltanski et Eve Chiapello, l’évolution des discours et des pratiques dans le travail décline les transformations du capitalisme contemporain, la naturalisation du système de représentations et d’actions relatif au champ de la gestion apparaît plus spécifique au contexte des dernières décennies. Qu’il s’agisse des outils de travail, des formes d’organisation du travail et de mobilisation des travailleurs, des modalités de planification et de compte-rendu de l’activité ou encore de la configuration de la coopération et de la division du travail, l’environnement de travail est traversé par un logos gestionnaire qui n’est pas toujours perçu par les travailleurs eux-mêmes. Car, comme le remarque Frédéric Lordon à propos du salariat, « se sentir mobilisé ou vaguement réticent, ou encore révolté, engager sa force de travail avec enthousiasme ou à contrecœur, ce sont autant de manières d’être affecté comme salarié, c’est-à-dire d’être déterminé à entrer dans un projet (un désir) qui n’est pas d’abord le sien » (Lordon, 2010, p. 13).
Pour citer cet article : Sébastien Petit, « La normalisation de la domination gestionnaire, un rapport social dissimulé », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°12, mars 2014, p. 35-55.

Frédéric Mougeot, « À quoi tient la mesure ? Engagement dans le travail et opérations de codifications. Le cas du travail infirmier en psychiatrie »

Résumé : Cet article, issu d’un travail de thèse, aborde l’introduction de dispositifs de gestion (indicateurs de gestion, outils de mesure, etc.) afin de mesurer le travail d’activité de soignants en Centre Hospitalier Spécialisé en maladie mentale. Il montre les usagers que ces acteurs font de ces dispositifs.
Pour citer cet article : Frédéric Mougeot, « À quoi tient la mesure ? Engagement dans le travail et opérations de codifications. Le cas du travail infirmier en psychiatrie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°11, juin 2013, p. 24-35.

Nhu Tuyên LÊ, « Réforme comptable et transition du communisme vers le capitalisme : le cas du Viêt-Nam. Deuxième partie »

Résumé : Cet article constitue la seconde partie d’une recherche concernant la dialectique entre changement de politique macroéconomique et normalisation comptable, dans le cas du Viêt-Nam.
Pour citer cet article : Nhu Tuyên Lê, « Réforme comptable et transition du communisme vers le capitalisme : le cas du Viêt-Nam. Deuxième partie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°11, juin 2013, p. 5-23.

Nhu Tuyên LÊ, « Réforme comptable et transition du communisme vers le capitalisme : le cas du Viêt-Nam. Première partie »

Résumé : Cet article constitue la première partie d’une recherche concernant la dialectique entre changement de politique macroéconomique et normalisation comptable, dans le cas du Viêt-Nam. Après avoir rappelé succinctement quelques éléments de l’histoire récente du Viêt-Nam, nous nous centrerons sur les années 1960-1979 en examinant le rôle attribué à la comptabilité par les autorités politiques pour transformer la société. Dans ce sens, nous détaillerons la conception et la mise en œuvre de deux « dispositifs » comptables particuliers – le tableau de récapitulation des biens et le tableau des consommations –, ce qui nous permettra de souligner combien la volonté de contrôler dans ses moindres détails le respect de l’allocation centralisée des ressources, faute d’accorder aux acteurs suffisamment de marges de manœuvre, a conduit à de graves dysfonctionnements. Dans le prochain article, nous analyserons les tentatives de corrections apportées par les pouvoirs publics.
Pour citer cet article : Nhu Tuyên Lê, « Réforme comptable et transition du communisme vers le capitalisme : le cas du Viêt-Nam. Première partie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°10, octobre 2012, p. 5-29.

Collectif, « La sociologie de la gestion au IVe congrès de l’AFS: retours critiques sur le devoir d’innover »