Entretiens

Marc Guyon, « Entretien avec Daniel Mercure sur les transformations du travail »

Pour citer cet article : Marc Guyon, « Entretien avec Daniel Mercure sur les transformations du travail », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°20, juin 2019, p. 97-109.

Olivier Cléach et Camille Gasnier, « Entretien avec Jean-Pierre Durand – Deuxième partie » 

Pour citer cet article : Olivier Cléach et Camille Gasnier, « Entretien avec Jean-Pierre Durand. Deuxième Partie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°19, décembre 2018, p. 81-94.

Olivier Cléach et Camille Gasnier, « Entretien avec Jean-Pierre Durand – Première partie »

Pour citer cet article : Olivier Cléach et Camille Gasnier, « Entretien avec Jean-Pierre Durand – Première partie », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°18, mai 2018, p. 63-82.

Olivier Cléach, « Entretien avec Salvatore Maugeri ancien Président du Bureau du RT 30 »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Entretien avec Salvatore Maugeri ancien Président du Bureau du RT 30 », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°17, décembre 2017, p. 65-75.

Olivier Cléach, « Comment peut-on pratiquer la sociologie de la gestion ? Entretien avec Jean-Luc Metzger »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Comment peut-on pratiquer la sociologie de la gestion ? Entretien avec Jean-Luc Metzger », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°16, avril 2017, p. 83-91.

Olivier Cléach, « Le cheminement atypique d’un sociologue du travail. Entretien avec Pierre Tripier »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Le cheminement atypique d’un sociologue du travail. Entretien avec Pierre Tripier », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°15, septembre 2016, p. 77-91.

Isabelle Chambost, Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger, « Surmonter la désillusion. Entretien avec Dominique Manotti »

Résumé. Dominique Manotti (de son vrai nom : Marie-Noëlle Thibault) a été enseignante-chercheuse en histoire contemporaine à l’université de Vincennes, tout en s’engageant avec sincérité dans l’action politique et syndicale jusqu’au début des années 80. Elle est devenue, au moment de la retraite, auteur de romans noirs. Le récit du parcours de cette militante de l’égalité et de la justice sociale livre une vision désenchantée de l’histoire politique de notre pays. Son passage à l’écriture de romans noirs lui a permis de surmonter ses déceptions et de renouer avec une nouvelle forme d’engagement, en donnant à voir avec beaucoup d’acuité les chemins de l’enrichissement, empruntés en toute impunité par une génération tant porteuse d’espoir.
Pour citer cet article : Isabelle Chambost, Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger, « Surmonter la désillusion. Entretien avec Dominique Manotti », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°14, décembre 2015, p. 123-138.

Nhu Tuyen Lê et Dominique Steiler, « Entretien avec Antoine Raymond »

Résumé : Nhu Tuyen Lé et Dominique Steiler ont interviewé, le 16 mai 2014, Mr Antoine Raymond, PDG de l’entreprise ARaymond, entreprise « familiale », à dimension internationale (filiales sur quatre continents, y compris en Chine et en Inde) et spécialisée dans la conception et la fabrication de composants pour l’automobile . L’entreprise n’est pas cotée en bourse, donc ne dépend pas des attentes ou des exigences des « marchés » financiers. Antoine Raymond, qui s’intéresse au bien-être au travail et aux conditions de travail de ses salariés, est également actif auprès de l’Ecole de Management de Grenoble où il soutient la Chaire Mindfullness . L’entreprise – comme la Chaire – met l’accent sur la nécessité d’inventer une autre manière d’envisager l’économie, le travail, leurs places dans la société et vis-à-vis de la nature. C’est pourquoi, il nous a paru intéressant de donner à voir le point de vue de ce chef d’entreprise, qui, comme il le dit lui-même n’était pas « fait pour être patron, mais qui a été fabriqué pour devenir patron » et qui, tout compte fait, s’en trouve très content, tant qu’il peut continuer à conserver son originalité. Le regard rétrospectif qu’il porte sur son propre parcours rend plus concret, non seulement le métier de « patron », mais également, les modalités de transmission de certaines valeurs et pratiques. S’il reconnaît l’importance des « nouvelles » exigences gestionnaires, son témoignage montre, à rebours, qu’il existe plusieurs manières d’y répondre, voire de se les approprier.
Pour citer cet article : Nhu Tuyen Lê et Dominique Steiler, « Entretien avec Antoine Raymond », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°13, mars 2015, p. 25-42.

 Karen Rossignol, « Entretien avec François Pichault »

Résumé : François Pichault est né en Belgique en 1959. Il est Docteur en sociologie de l’Université de Liège, Professeur titulaire à HEC-École de Gestion de l’Université de Liège et Professeur associé à l’ESCP-Europe à Paris. Il dirige, à l’Université de Liège, le Laboratoire d’Études sur les Nouvelles Technologies, l’Innovation et le Changement (LENTIC), qui se dé*nit comme un centre de recherche-intervention dont les missions sont la recherche, l’accompagnement, l’évaluation et la formation sur les aspects humains et organisationnels des processus d’innovation et de changement. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages en théorie des organisations, en sociologie du travail et en gestion des ressources humaines. Dans cet entretien, François Pichault revient sur son itinéraire de chercheur en sociologie se tournant progressivement vers les théories et les pratiques des chercheurs en sciences de gestion. Il évoque ses activités de recherches, d’enseignements et d’interventions en entreprise et explique les différences qu’il identifi‚e entre la sociologie et les sciences de gestion : le « rapport au réel » et le « rapport théorie / pratique ».
Pour citer cet article : Karen Rossignol, « Entretien avec François Pichault », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°12, mars 2014, p. 57-67.

Olivier Cléach, « Entretien avec Danièle Linhart, sociologue du travail »

Pour citer cet article : Olivier Cléach, « Entretien avec Danièle Linhart, sociologue du travail », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°11, juin 2013, p. 37-55.

Jean-Luc Metzger, « Entretien avec Béatrice Touchelay »

Résumé : Béatrice Touchelay est professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Ses réflexions portent non seulement sur la genèse des dispositifs de quantification et la généalogie des institutions qui les ont produits, mais également sur les cadres sociopolitiques qui leur sont associés, tant du point de vue de l’intention des décideurs que des croyances plus générales liées à la transparence du social (le nombre pouvant apparaître comme un moyen d’objectiver les inégalités). Elle nous a accordé un entretien, en mai 2012, dont nous restituons les principaux moments. Les propos de l’auteur soulignent l’intérêt des recherches situées dans un espace n’appartenant pas clairement à une discipline en particulier et où peu se sont jusqu’ici aventurés avec succès.
Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Entretien avec Béatrice Touchelay », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°10, octobre 2012, p. 31-49.

Jean-Luc Metzger, « Entretien avec Eric Godelier »

Résumé : Éric Godelier est professeur de management et responsable des enseignements sur l’entreprise et les organisations. Il enseigne l’histoire de la gestion et l’anthropologie dans le management multiculturel. Ses travaux ont notamment porté sur l’histoire de l’entreprise sidérurgique Usinor, plus généralement sur la construction sociohistorique des dispositifs de GRH, les représentations qui les sous-tendent, les dimensions culturelles caractéristiques des univers professionnels. Il nous a accordé un entretien en décembre 2011, dont nous restituons les principaux moments.
Pour citer cet article : Jean-Luc Metzger, « Entretien avec Eric Godelier », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°9, février 2012, p. 44-60.